✘Ces 3 fois où j’ai été aussi Insatiable que Patty

dimanche, septembre 09, 2018


Hello par ici, j’espère que tu vas bien. Aujourd’hui je reviens avec un article un peu plus personnel que d’habitude. Je pense qu’à moins d’avoir vécu dans une grotte les six derniers mois tu as dû entendre parler de la série Netflix qui dont le teaser a fait scandale cet été et à même généré une pétition pour en empêcher la sortie : je parle bien sûre d’Insatiable. A vrai dire, j’ai eu besoin de regarder la série, et me faire mon propre avis, finalement je n’ai pas trouvé la série si grossophobe qu’elle ne laisse l’entendre, et je me suis même retrouver plusieurs fois dans le personnage de Patty en étant aussi Insatiable qu’elle, et au final nous les sommes toutes un peu.

Ces 3 fois où j’ai été aussi Insatiable que Patty


1. Depuis l’enfance mon corps  est tombé dans le domaine public

Petite j’étais trop maigre et il fallait me remplumer, plus tard j’ai été une des première de ma classe de CM2 à être pubère… non seulement j’ai eu mes règles mais tous les trucs qui vont avec: j’ai pris du poids et des formes pour lequel la gosse de 10/11 ans que j’ai été, n’a pas été préparé. Apparemment mes camarades de classe non plus vu que pour certains garçons je n’étais qu’une poitrine sur jambes et les filles j’étais grosse. J’ai depuis toujours eu cette impression que mon corps était difforme, que je n’étais pas à ma place… Que celle qui était bizarre et anormale, c’était moi. Je me souviens même que certains me demandaient pourquoi j'étais grosse...
Je pensais que le collège serait ma libération mais quand les garçons ne s’intéressent pas à toi, que les filles te font des remarques type « on a bien compris que tu avais des seins, ce n’est pas la peine de les montrer », que les pantalons tailles basses ne sont pas fait pour toi à 14 ans (dieu merci cette tendance horrible a été enterrée) et les fringues taille 16 ans qui ne t’allais déjà plus à 12
Bref j’ai grandis avec ce truc en moi, me disant que je n’étais jamais assez dans la « norme ».



2. Ce besoin d’en faire toujours plus.

Il y a quelques jours j’ai pris la décision de perdre du poids car je n’étais plus bien, physiquement et moralement cela me touche de plus en plus. Cette décision a été très dur à prendre pour moi, non seulement parce que j’ai eu cette impression d’être la plus grande hypocrite de la Terre à prôner le « feeling good » alors que moi-même je ne me sentais pas assez bien, mais en regardant l’épisode du car-wash dans Insatiable, j’ai encore retrouvé la pire des sensations et cela m’a ramené à cette période où j’avais beaucoup perdu de poids mais que quoi que je fasse ça n’était jamais assez. Mon poids n’étais jamais assez bas, alors que je ne me nourrissais que de salades et je passais des heures à la salle de sport pour atteindre un idéal… une utopie. Je me regardais dans le miroir en me disant que j’étais toujours trop « grosse ». Et j’avoue que j’ai encore cette angoisse, me dire que j’ai besoin de perdre car mon corps souffre (mal de dos, jambes…) et avoir toujours cette horrible sensation que ce n’est pas assez, que je ne serai pas assez bien et que je dois encore et encore perdre.
Je regarde mes anciennes photos, en me souvenant qu’à cette époque-là, j’avais beau faire du 38 je me sentais toujours pas assez mince.

3. Manger pour se remplir quand ça va mal.

C’est peut-être la partie la plus difficile que j’ai à écrire. Parce qu’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu un rapport conflictuel avec la nourriture. Quand je vais mal je mange, sans fin. Mais ça marche aussi quand je m’ennuie, quand je suis stressée ou quand je culpabilise d’avoir mangé. La nourriture est peut-être la seule chose qui est représentative du chaos qui peut régner dans ma tête, et je vis très mal le fait qu’à l’instar de certaines périodes de ma vie, je ne contrôle plus rien.

J’ai encore en tête cette scène de Patty qui revient de son anniversaire et commence à manger entièrement son gâteau, sans faim, sans prendre le temps de réfléchir… Parce que manger devient la seule chose qui rassure tout en se punissant sois même.

Depuis toute petite, ma façon de me nourrir est tombée dans le domaine public, et jusqu’à maintenant je vis très mal toute remarque qu’on peut me faire sur ma façon de manger ou même de ne pas manger d’ailleurs, que ce soit la quantité dans mes assiette, que je la termine ou pas (ce qui arrive d’ailleurs plus souvent) ou même les aliments que je ne mange pas. Je n’ai JAMAIS eu de plaisir à me nourrir ou alors très peu et je vis mal chaque remarque, même pseudo bienveillante du genre « mais t’as rien mis dans ton assiette, tu vas avoir faim après ». Peut-être parce que depuis toujours ces remarques m’ont faites me sentir différente, et ont attirées l’attention sur un problème que je ne contrôle pas, mais le fait est qu’à 32 ans c’est encore quelque chose que j’ai beaucoup de mal à vivre et pour  laquelle je culpabilise beaucoup.



Je n'ai pas écris cet article dans le but qu'on me fasse des compliments, ou me plaindre, ou m'entendre dire qu'il y a pire sur Terre, et que je suis plutôt bien chanceuse par rapport à eux... Je partage très peu de choses vraiment perso, et cette partie de ma vie est quelque chose que je cache, peut être parce que j'ai pris l'habitude qu'on me voit comme une personne très/trop confiante, alors que ça n'est pas du tout le cas.

J’ai vraiment eu besoin d’écrire cette article, parce que je suis à un moment de ma vie où j’ai envie de changements que je n’arrive pas à opérer et j’ai du mal à accepter l’image que j’ai de moi. J’ai même du mal à me voir en photo et à me supporter, pourtant je me sens très hypocrite parce que j’ai envie que les personnes qui me lisent et qui me suivent se sentent bien dans leurs peaux alors que moi-même je n’accepte pas ce que je suis. J'ai juste écris ce billet parce que je sais que j'avais besoin de parler de ça...

Et là, je suis en train de me demander comment terminer mon article…
Du coup je vais te dire au revoir et à très bientôt pour de nouvelles aventures.


  • Share:

You Might Also Like

4 Comments

  1. Merci pour cet article, je m'y suis tellement retrouvée!

    RépondreSupprimer
  2. Pas besoin d'être maigre pour être belle, tu en es la preuve vivante.❤️ Bisous. 😘

    RépondreSupprimer
  3. C'est une série vraiment fun car pas prise de tête et farfelue. On a tous un côté Patty où quand on déprime on mange (moi j'en fais parti).
    Bises
    http://katepinup.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
  4. Salut et merci pour ton article, je me suis reconnue dedans.
    Comme toi j'ai suivi la polémique autour de la série, je l'ai visionné et je me suis tellement retrouvée dans le personnage de Patty.
    Quand tu dis que ton poids est devenue une affaire publique mais c'est tellement ça. Avant j'étais maigre et à l'âge de 12 ans, premières règles + gros seins = le début de l'enfant. J'étais une enfant dans un corps de femme, c'est très dur à vivre.
    En tout cas bravo pour ton article et je ne te trouve pas hypocrite. Longtemps sur mon blog j'ai prôné "Assumez vous, body positive". Actuellement j'ai pris énormément de poids d'un dérèglement hormonal (syndrome des opk). Je ne reconnais plus mon corps et je rêve de perdre 50 kg. Après j'y vais doucement dans la perte de poids, en espérant que dans le chemin, je commence à m'accepter. On verra. En tout cas bravo pour ton article. Je te suis depuis un moment sur Hellocoton mais je n'ai jamais pris le temps de commenter.
    Bises

    RépondreSupprimer